Instrument qui trifouille l’anus

Le maître impose une petite promenade d’hygiène à la pétasse et lui impose de faire ses besoins auprès d’un arbre. Celle-ci s’exécute, lève la patte et pisse. On passe à l’habillage. Quoi de mieux pour ce bout de viande informe qu’un emballage sous cellophane. Le maître s’y emploie, comprimant les nichons et le gros cul de cette vieille carcasse. Là-dessus il donne quelques coups de fouet histoire de faire ressembler ce tas de boue à un gros boudin rougi. Après quoi, il retire l’emballage et frotte les nibards avec une brosse à parquets. Ça y est, la fille gueule. Elle commence à comprendre. Vient ensuite l’outil indispensable. A l’aide d’une roulette à pizza, le maître dessine des traits et des cercles dans la raie du cul de cette rebelle insolente. Il ira même jusqu’à la lui enfoncer dans l’anus afin que la leçon lui rentre bien dans le crâne une fois pour toute.